Collections

Coups de coeur

Filtrer les coups de coeur

Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".

Musique de club (CD)

[s.l.] : Entreprise , 2015
Bagarre prône le mélange des genres - masculin et féminin, Ghetto House et chanson française, jusqu'à s'essayer à une mélancolie orientale version dancefloor avec "Le gouffre". Ils réinventent leur musique de club à eux, une musique pop et futuriste.

Viande d'amour (CD)

1978-...
[s.l.] : Las Soliles , 2016
La viande, ou ce qu'il reste d'un corps quand on lui retire la vie. L'amour, ou ce qu'il reste de vie quand on lui retire un corps. La viande, ou le muscle de la mort. Et de l'amour aussi. Les mots sont des amis inconnus. Ils ne sont ni tout à fait de mon avis ni tout à fait opposés, ils se livrent avec bienveillance et me surprennent. Je n'ai pas d'arme contre eux. Parfois ils me font un peu mal mais ils le font avec tellement d'innocence que je ne peux pas leur en vouloir. Ils sont mignons tout plein. Ils ont la liberté désordonnée des enfants. Viande d'Amour, qu'avec la musique qui m'anime, les mots qui se précisent, les chansons qui s'écrivent, la matière se dilue dans le mystère de la vie, les corps se fondent aux âmes et la chair se fait sentimentale. Pour illustrer cette sensibilité crue, je voudrais enregistrer cet album de la plus simple des manières, quelques jours de studio seulement, pour prendre le son d'un moment qui passe, avec ses erreurs, ses imprécisions, ses fragilités, pourvu que se perçoive la puissance de ces musiciens qui ne sont que des hommes. Et quels hommes ! Grégoire Gensse, au piano, est un musicien total, compositeur, arrangeur, multi-instrumentiste, il a la jeunesse bouillonnante. Denis Charolles, à la batterie, est également compositeur, arrangeur, il a la folie fondatrice. Stephen Harrison, à la contrebasse et au banjo, qui m'accompagne sur scène, a un groove inégalable. Tous trois ont ce point en commun : ils jouent avec leur coeur, leur corps, leur viande... d'Amour s'il-vous-plait !

Les naufragés de La Méduse Texte imprimé

Paris : : Belin , 2016

En juillet 1816, la frégate La Méduse s'échoue au large de la Mauritanie, laissant derrière elle 150 rescapés sur un radeau à la dérive. Sans provisions, ils sont forcés de s'entretuer pour survivre, se nourrissant de la chair des cadavres. Seuls quinze d'entre eux survivent. A partir de témoignages et d'archives, l'auteur retrace le drame et son retentissement au lendemain du premier Empire.

Pages