Collections

Nouveautés

Filtrer les nouveautés

Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".

Small world Texte imprimé

Köln : : Taschen , 2017

Un bébé habillé en petit lapin, un bébé déguisé en tournesol, des bébés endormis sur un tapis de plumes. Grâce à sa façon unique de portraiturer les nouveaux-nés, Anne Geddes est devenue l'une des photographes les plus largement connues et aimées au monde. Son oeuvre est devenue une marque en soi, déclinée en posters, puzzles, applications, calendriers et vêtements, tous inspirés par ses photographies de bébé. Comme aucun autre artiste avant elle, Geddes s'efforce de saisir la beauté, la pureté et la vulnérabilité des jeunes enfants, et de traduire en image sa profonde conviction selon laquelle chaque enfant sans exception doit être «protégé, élevé et aimé». Depuis ses débuts en 1992, son programme caricatif, la « Geddes Philanthropic Trust », a attribué des fonds importants récoltés grâce aux produits Anne Geddes pour aider à la lutte contre la maltraitance et la négligence des enfants à travers la planète. Cette rétrospective consacrée à Geddes donne accès à l'intégralité de ses archives, remontant jusqu'aux années 1980. Comprenant de nombreuses images jamais montrées jusqu'alors, l'ouvrage rend hommage à une esthétique attachante et pleine de fantaisie autant qu'à l'esprit qui la sous-tend: prendre soin des plus jeunes et des plus vulnérables, et finalement de l'avenir de l'humanité.

La Rencontre Texte imprimé

Paris : : Hachette , 2017

Toc-Toc... Qui est mort ? Le manoir Larkspur. Ils sont tous venus y chercher quelque chose. Pour Poppy, une famille. Pour Azuma, un pensionnat. Pour Marcus, une école de musique. Pour les jumeaux Dash et Dylan, un plateau de tournage. Mais rien de tout cela ne les attendait. Le manoir Larkspur n'est pas la maison de leurs rêves. C'est la prison où leurs pires cauchemars deviennent réalité. ENTRE DANS LA MAISON DES OMBRES... SI TU L'OSES.

Sanglant hiver

Paris : : Thierry Magnier , 2017

Dernier jour avant les vacances d'hiver. La soirée à laquelle Bergljot rêve de se rendre depuis des semaines approche. Bragi, son frère, se prépare à passer la fin de semaine chez son meilleur ami, pendant que leurs parents ont prévu un week-end en amoureux dans leur chalet, à la campagne. Mais l'impensable se produit, et le pays entier est frappé par un mal foudroyant, alors que des monstres sanguinaires hantent les rues. Quand tout bascule, il n'y a plus qu'un mot d'ordre : survivre. Une fuite haletante à travers l'Islande pour le premier tome d'un roman d'horreur passionnant.

La Princesse de l'Aube Texte imprimé

Paris : : De La Martinière Jeunesse , 2017

Elyséa était le pays le plus heureux d'entre tous. Dans le ciel scintillait un doux soleil. Un jour, la terre se mit à gronder. Le sol se fendit et le royaume fut précipité dans les entrailles ténébreuses. Le peuple s'éveilla dans un amoncellement de décombres. Il fallait bien survivre. Tant bien que mal, ce nouveau monde s'organisa, troué de tunnels sans joie, on l'appela le monde d'en bas, où régnait la nuit perpétuelle. Une princesse prénommée Lucia naquit, comme un espoir que l'aube reviendrait un jour. Lucia grandit, parcourant inlassablement son royaume souterrain. Rayonnante et joyeuse, elle était le soleil de son peuple. Cette enfant née dans le monde d'en bas avait atteint l'âge de se marier. Elle choisit un jeune tisserand qu'elle aimait en secret, Organd. Le jour des noces, Lucia présenta Organd à son peuple. Pour la première fois, le royaume d'en bas baignait dans l'allégresse et la lueur émise par Lucia. Tous se mirent à chanter. Soudain, un craquement sourd sembla venir du plafond puis, dans un vacarme déchirant, le monde d'en bas ressentit un élan puissant vers le haut. Une douce chaleur parcourut les habitants du royaume. Les rayons du soleil les enveloppaient : le monde d'en haut était revenu. Un très beau conte servi par la plume littéraire de Sophie Bénastre et les illustrations envoßtantes de Sophie Lebot. Une belle leçon de vie, qui nous rappelle que nous vivons dans un paradis sans le voir, qui nous nourrit sans qu'on le goßte, qui nous protège sans qu'on le préserve.

Pages