Fonds Hédou

Beaux-Arts sinon rien !
Ni marchand, ni mécène, Jules Hédou est d’abord un collectionneur d’art intransigeant et déterminé, mais aussi un extraordinaire témoin de son temps. Il livre avec son legs, une photographie haute définition de l’actualité artistique de la fin du XIXe siècle. Un comble absolu, pour cet abstinent-réfractaire à l’art photographique !

Quand Jules Hédou (1833-1905) raccrochait sa robe d’avocat au barreau de Rouen, c’était pour filer dans les salons et les expositions... Un coureur de musée assidu et sans concession, parti en guerre contre le « mirage » impressionniste et une invention dangereuse « censée » révolutionner notre regard sur le monde : la photographie. Équipé d’un rétroviseur plutôt que d’une longue vue, son point de vue sur l’art regardait surtout vers les splendeurs des siècles passés. En léguant sa collection en 1905, il dote Rouen d’un fonds Beaux-Arts exceptionnel, le premier et le plus important à ce jour.
Côté « témoignage du temps », le fonds nous propose des ouvrages sur les arts, des catalogues d’expositions, de musées, de ventes et de salon. En outre, Jules Hédou livre un cabinet d’estampes, en art massif : 40 000 estampes, 2 000 dessins courant du XVe au XIXe siècle.  Parmi eux, des signatures de grands maîtres et un corpus de dessins issus de l’École gratuite de dessin de Rouen, datant de la fin du XVIIe siècle.