La maison Corneille

C’est dans cette demeure aux emblématiques colombages que Pierre Corneille poussa son premier cri, un jour de juin 1606. L’écrivain ne s’en séparera que 77 ans plus tard, juste un an avant de pousser son dernier soupir… On ne délaisse pas d’un revers de col amidonné sa maison natale !

Rouen, une unité de lieu pour la tribu Corneille

Si Rouen n’a pas vraiment le « profil de l’emploi » pour figurer au rang des capitales antiques qu’exigent les grandes tragédies cornéliennes, elle colle pourtant à tout jamais aux semelles de Pierre Corneille. C’est ici, dans le mouchoir de poche de la Rue de pie, qu’il dessina le cercle de ses intimes : son frère Thomas et sa femme, qui n’est autre que la sœur de sa propre épouse ! Ici d’abord, qu’il fut formé par les Jésuites à la philosophie, à l’éloquence et au théâtre. Ici ensuite, qu’il mit en action sa formation théâtrale en écrivant sa première comédie à succès : "Mélite", en 1629. Ici, encore, qu’il mit en action son éloquence en défendant les intérêts du roi en tant qu’avocat au Parlement. Ici toujours, qu’il soupira d’amour pour la Marquise du Parc, comédienne à succès de la troupe de Molière. Et ici surtout, qu’il coucha sur le papier les tirades les plus magistrales d’une œuvre fleuve : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années ! ».

Happy end pour la « petite maison » du numéro 4.

Magistralement incarnée par "Le Cid", la figure emblématique du héros cornélien, mélange de bravoure, d’orgueil et d’optimisme forcené, est née ici. Au-delà du cabinet d’écriture, c’est aussi une ruche familiale qui abrite sa femme et ses 8 enfants. Comme le Pavillon Flaubert, la maison natale de Pierre Corneille revient de loin. Plusieurs fois menacée de destruction et de détérioration, elle parvient, à l’orée du 20e siècle, à décrocher enfin son talisman de témoignage patrimonial d’exception. Miraculée, on vous dit !

Le petit théâtre de Pierre, berceau de nos plus nobles héros.

En poussant la porte de cette maison-musée inaugurée en 1921, on est immédiatement aspirés quelques siècles en arrière, dans le quotidien d’une demeure bourgeoise meublée dans le pur style Louis XIII. Incontournable, le cabinet de travail du tragédien a été entièrement reconstitué. Il abrite notamment son petit secrétaire d’ébène, gravé de sa main comme un bureau d’écolier, ainsi qu’une bibliothèque magistrale et une somme de témoignages précieux : éditions originales, traductions, livres rares, gravures et estampes... Percerez-vous ici, le secret des alexandrins ?

Où ? Quand ?

  • 4 rue de la pie - 76 000 Rouen - tél 02 76 088 088
  • Entrée gratuite

Ouverture :

  • uniquement sur réservation et selon disponibilités : du mardi au vendredi de 9h à 12h,
  • sans réservation :
    • du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30,
    • les samedis de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30.
    • les dimanches de 14h à 18h.

Fermé les jours fériés.

Réservations par mail : bibliotheque@rouen.fr - Entrée gratuite.

Attention, des modifications d'horaires sont susceptibles d’avoir lieu. Plus d’information par affichage ou au standard Rn'Bi au 02 76 088 088.