Parcours thématique

L’âme russe

l'âme russe

« L’âme russe, l'âme slave, c'est au fil des pages qu’on la découvre. On ne la cerne pas en une définition. Il faut plonger dedans avec Gogol, Tourgueniev, Tolstoï, Dostoïevski, pour les grands classiques. On y retrouve le vague à l'âme et la soumission, mais aussi la révolte et la violence, cette maladie de la mélancolie... Un mélange de retenue extérieure et de feu brûlant à l'intérieur, d'amour de la vie qui va jusqu'à la menacer. Il y a quelque chose d'indéfinissable, une fatalité qui colle à la peau, un désespoir profond qui fascine. »






Filtrer par




































































Alexandre Nevski [DVD]











: RDM Edition , 1938















Le cinéaste russe Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein réalise "Alexandre Nevski" en 1938. Le film, commandé par Staline afin de sensibiliser la population contre la dangereuse et rapide montée d’Hitler, est une reconstruction historique et une œuvre de propagande soviétique. Accueilli avec grand succès lors de sa présentation à Moscou en 1938, car en parfaite cohérence avec l’idéologie stalinienne, ce classique du cinéma est le premier film sonore d’Eisenstein, et il bénéficie de la musique du grand compositeur Sergueï Prokofiev. Souvent en contraste avec les images, la bande sonore, qui joue un rôle décisif dans la narration, donne au film un ton grotesque et comique. L’action se déroule au cours du XIIIe siècle. La Russie subit l’invasion des Teutons, qui occupent la ville de Pskov. Les habitants de la ville libre de Novgorod organisent la révolte et, à la tête du mouvement, leur prince Alexandre Nevski les guide dans cette difficile entreprise. Ce dernier fait preuve d'une grande intelligence et parvient à mettre en déroute la solide armée des Teutons lors de l’historique "Bataille de la glace". Les Teutons sont ainsi vaincus et l’armée de Nevski entre triomphante dans Pskov.






























Angèle, ma babayaga de Keménéven











Arles (Bouches-du-Rhône) : Actes Sud junior , 2009









Les premiers romans









Nathanaël a si peur de sa grand-mère Angèle, de sa voix grave et sombre, de ses mains de bûcheronne et de son cou de taureau, qu'il fait de terribles cauchemars. Lors d'un séjour chez elle, il voit Angèle faire une attaque et être hospitalisée. En fouillant dans ses affaires, le garçon découvre que sa babayaga a été une catcheuse célèbre dans la région.





































Pages