Recherche

Recherche Catalogue

Limiter la recherche àAfficher les limiteurs de recherche

Trier par

Auteur

Mots-clés

Votre recherche a retourné 40 résultat(s)

Pages

L' énigme grecque Texte imprimé : histoire d'un miracle économique et démocratique (VIe-IIIe siècle avant J.-C.)

Editeur 

Paris : La Découverte , 2017


Pourquoi refaire l'histoire de la Grèce classique, du VIe siècle à Alexandre le Grand ? D'abord, parce que l'on dispose d'une masse d'informations supplémentaires sur les 1 035 cités-Etats s'étendant depuis l'Espagne et le sud de la France jusqu'aux rives de la mer Noire, exploitées ici pour la première fois de manière systématique. Ensuite, parce que, contrairement à ce que les historiens ont longtemps cru, on sait désormais que le monde grec a connu une croissance économique exceptionnelle, rendue possible par l'invention de la démocratie et des droits civiques, sur fond d'innovations institutionnelles, techniques et culturelles (théâtre, philosophie, mathématiques, etc.) permanentes. Enfin, parce que les Grecs ont expérimenté toutes les ressources de la démocratie : élection, limitation des mandats électifs, tirage au sort. Ils ont réfléchi aux relations entre les citoyens et les responsables, au rôle des experts, aux moyens de réduire le pouvoir de nuisance des démagogues, à la place de la religion, etc. Des questions qui restent au coeur du débat démocratique actuel. Comment est-on passé en si peu de temps de villages dispersés ayant perdu l'usage de l'écriture après l'effondrement de la fin de l'âge du bronze à cette riche civilisation, brillante et inventive ? Conjuguant avec talent histoire et sciences sociales pour nous permettre de mieux saisir cette période, l'auteur fait d'Aristote ou de Thucydide non seulement des informateurs précieux, mais aussi des interlocuteurs théoriques. Car il est important de savoir comment les Grecs eux-mêmes pensaient leur système politique, leur économie, etc. Sans que l'on s'éloigne un instant de l'histoire événementielle : on est plongé dans les guerres avec le redoutable Grand Roi perse, on assiste aux péripéties de la guerre du Péloponnèse qui oppose Sparte à Athènes. Et l'on comprend enfin comment Philippe II de Macédoine puis son fils Alexandre le Grand ont pu, grâce à ce qu'ils ont hérité des cités grecques, construire un gigantesque empire qui s'étendra jusqu'aux rives de l'Indus.
+ d'info Ajouter au panier

Les aventuriers de la liberté

Auteur(s) 
Editeur 

: Plon , 2016 ; 27-Mesnil-sur-l'Estrée : Firmin Didot + Avril 2017


Gaspard Koenig défend inlassablement dans le débat public français un libéralisme total, qu'il a théorisé dans son dernier essai chez Plon. Mais la liberté reste bien mystérieuse tant qu'elle n'est pas incarnée, et la théorie bien fumeuse si elle ne s'appuie pas sur le réel. C'est pourquoi l'auteur est parti dans le monde entier à la rencontre des « aventuriers de la liberté » : des groupes ou des individus qui, dans leur combat, leur action, leur manière de vivre, vivent et font vivre la liberté. Gaspard Koenig a laissé ses livres à Paris. De la péninsule arabique à l'Extrême-Orient en passant par la Suisse ou les Etats-Unis, il a effectué six longs voyages, passant des semaines à enquêter, interroger, discuter. Liberté d'expression, dissidence politique, droit à la vie privée, démocratie directe, écoles autonomes, anarchisme : tous ces grands thèmes de la philosophie politique, d'une actualité brßlante, sont vus à travers le prisme des paysages, des cultures et des personnalités ? certaines célèbres, d'autres anonymes. De ces voyages, Gaspard Koenig a tiré un récit vivant et coloré, qui sera publié par Le Point au cours de l'été. Pour Plon, il développe ces textes et articule cette expérience avec ses idées. Ces voyages ont fait évoluer intellectuellement, politiquement. Qui peut nous apprendre la liberté, sinon ses praticiens ?
+ d'info Ajouter au panier

La fin du courage : la reconquête d'une vertu démocratique

Auteur(s) 
1974?-....
Editeur 

Paris : Fayard , impr. 2010 ; 53-Mayenne : Impr. Floch


Chaque époque affronte, à un moment de son histoire, son seuil mélancolique. De même, chaque individu connaît cette phase d'épuisement et d'érosion de soi. Cette épreuve est celle de la fin du courage. Comment convertir le découragement en reconquête de l'avenir? Notre époque est celle de l'instrumentalisation et de la disparition du courage. Mais ni les démocraties ni les individus ne peuvent en rester à ce constat d'impuissance. Nul ne résiste à cet avilissement moral et politique. Il s'agit de surmonter ce désarroi et de retrouver le ressort du courage, pour soi, pour nos dirigeants si souvent contre-exemplaires, pour nos sociétés livrées à une impitoyable guerre économique. Le plus sûr moyen de s'opposer à l'entropie démocratique reste l'éthique du courage et sa refondation comme vertu démocratique. Dans cet essai enlevé, Cynthia Fleury rappelle qu il n'y a pas de courage politique sans courage moral et montre avec brio comment la philosophie permet de fonder une théorie du courage qui articule l'individuel et le collectif. Car si l'homme courageux est toujours solitaire, l'éthique collective du courage est seule durable.
+ d'info Ajouter au panier

Désobéir Texte imprimé

Auteur(s) 
Editeur 

Paris : Albin Michel , 2017


Ce monde va de travers, à tel point que lui désobéir devrait être une urgence partagée et brßlante. Dans cet essai intempestif, Frédéric Gros réinterroge les racines de l'obéissance politique. Conformisme social, soumission économique, respect des autorités, consentement républicain ? C'est en repérant les styles d'obéissance qu'on se donne les moyens d'étudier, d'inventer, de provoquer de nouvelles formes de désobéissance : la dissidence civique, la transgression lyrique... Rien ne doit aller de soi : ni les certitudes apprises, ni les conventions sociales, ni les injustices économiques, ni les convictions morales. La pensée philosophique, en même temps qu'elle nous enjoint de ne jamais céder aux évidences et aux généralités, nous fait retrouver le sens de la responsabilité politique. A l'heure où les décisions des experts se présentent comme le résultat de statistiques glacées et de calculs anonymes, désobéir devient une affirmation d'humanité. Philosopher, c'est désobéir. Ce livre en appelle à la démocratie critique et à la résistance éthique.
+ d'info Ajouter au panier

Judith Butler, du genre à la non-violence Texte imprimé

Auteur(s) 
Editeur 

Nantes : Editions Cécile Defaut , 2017


Cet ouvrage est construit autour d'un chapitre (texte original) de Judith Butler sur l'éthique de la non-violence. En réponse se construisent quatre réflexions philosophiques. Mylène Botbol-Baum présente le collectif à partir de sa traduction du texte de Judith Butler, et aborde la question du sujet et de la norme à partir de la lecture butlerienne de Levinas et Arendt, sur la question des limites de la légitimité de la violence pour une éthique de la relationalité. Jean de Munck traite une lecture croisée de Benjamin et Butler sur la violence. Romildo Pineiro et Jose Erraruz off rent une lecture historique et politique du concept de violence et y confrontent l'interprétation de la non violence dans le texte de Butler. Trois textes plus sociologiques suivent sur l'impact de la non-violence, dans une perspective qui vise à " défaire le genre " dans le cadre sociopolitique critique des vulnérabilités, dans le cadre du travail des femmes migrantes (Ghaliya Dejelloul) ou du travail domestique non rémunéré (Anna Safuta), à partir d'une enquête sur la mobilité spatiale des femmes dans les zones pré-urbaines d'Alger ou de Bruxelles, off rant une analyse sur l'hostilité masculine et le rôle du discours religieux dans la légitimation de cette violence. Matthieu de Nanteuil conclut le volume sur la question de la violence et de la sensibilité politique en mettant à jour la théorie de la démocratie radicale chez Judith Butler. Il sera donc question dans ce volume de penser la non-violence à partir d'une approche fondée sur la normalisation des corps, en réintroduisant le sujet de la vie comme interlocuteur critique du sujet de la norme en démocratie.
+ d'info Ajouter au panier

Tocqueville et le devenir de la démocratie : la perversion de l'idéal

Auteur(s) 
Editeur 

Paris : L'Harmattan , 1999


La philosophie en commun
L'hégémonie du marché et la soumission des rapports humains à la loi du profit représentent une perversion de l'idéal démocratique conçu par les Lumières. En associant le devenir des sociétés libres à un "instinct" métaphysique inhérent à l'homme, Tocqueville offre à cette perversion une issue inédite... La liberté n'existe que par une ouverture sur l'Autre et sur autrui.
+ d'info Ajouter au panier

Détresse du politique, force du religieux

Auteur(s) 
Editeur 

Paris : Seuil , 2007 ; 27-Mesnil-sur-l'Estrée : Société Nouvelle Firmin-Didot + Février 2007


La couleur des idées;0993-684X
La séparation des pouvoirs fait aujourd'hui loi. Mais, à y regarder de près, la sortie de la religion et la dépression du politique dans nos démocraties ne vont-elles pas de pair ? Jésuite, l'auteur relit la tradition de la philosophie politique moderne et celle de la théologie politique. Religion et politique, loin d'être rivales, pourraient peut-être mobiliser leurs énergies symboliques.
+ d'info Ajouter au panier

Le Christ philosophe

Auteur(s) 
Editeur 

Paris : Plon , DL 2007 ; 27-Mesnil-sur-l'Estrée : Société Nouvelle Firmin-Didot + Octobre 2007


Pourquoi la démocratie et les droits de l'homme sont-ils nés en Occident plutôt qu'en Inde, en Chine ou dans l'Empire ottoman ? Parce que l'Occident était chrétien, répond l'auteur, et que le christianisme n'est pas seulement une religion. Le Christ enseigne une éthique à portée universelle, émancipatrice. L'auteur raconte le destin paradoxal du christianisme.
+ d'info Ajouter au panier

50 idées qui ont changé le monde

Auteur(s) 
Editeur 

Paris : L'Express éditions , 2012


Sur la base d'un sondage d'opinion réalisé auprès d'un panel de spécialistes, le livre présente 50 grandes idées, les replace dans leur contexte historique et observe leurs conséquences positives ou négatives sur le monde. Elles ont changé les modes de vie comme le feu, les métaux, la poterie, Internet, ou établi le fonctionnement des sociétés comme la démocratie et le capitalisme.
+ d'info Ajouter au panier

En quel temps vivons-nous ? Texte imprimé : conversation avec Éric Hazan

Editeur 

Paris : : La Fabrique , 2017

Le titre de cette conversation est à prendre au pied de la lettre. On y parle de peuple, de démocratie, de représentation, de révolution esthétique ou politique, des insurrections d'hier et des occupations d'aujourd'hui. Mais on parle surtout du temps dans lequel il y a du sens à parler de tout cela. Un temps auquel l'Histoire n'a fait aucune promesse ni le passé légué aucune leçon ? seulement des moments à prolonger, aussi loin qu'on le peut. En politique, quoi qu'en disent les gens graves, il n'y a que des présents. C'est à chaque instant que se renouvellent les liens de la servitude inégalitaire ou que s'inventent les chemins de l'émancipation.
+ d'info Ajouter au panier

Pages